Les Jumentos ou la vie sauvage

Bonjour à tous, tout va bien pour LOLITA ! Nous sommes à Georgestown dans les EXUMAS, où nous avons retrouvé un peu le monde extérieur et du réseau internet. Nous mettons en ligne cette LOL que notre ami Germain avait ddéjà diffusé sur les réseaux sociaux pendant notre ROBINSONADE, agrémentée de quelques photos. Avec notre téléphone satellite nous sommes un peu limités en envoi de données.

Nous nous attelons dès maintenant à la rédaction de la LOL suivante 😊  

LOL n°41

Bonjour à tous !

S’il y a bien des gens qui ne sont pas à plaindre dans cette incroyable période que traverse le monde, et sans vouloir faire les fiérots, je peux sans honte vous dire qu’on en fait partie. Oui, nous vivons actuellement un moment exceptionnel, tel Robinson sur son île déserte.

Et la comparaison n’est pas qu’une figure de style! Après Cuba, nous cherchions un endroit aux Bahamas où nous pourrions passer quelques jours en totale autonomie sans attirer l’attention des autorités locales. A la lecture des guides nautiques des Bahamas que nous avaient généreusement offerts Anne et Pierre du Mulon (merci les amis si vous nous lisez!), deux sites semblaient convenir parfaitement à nos attentes : Hoogsty Reef et les Jumentos.

Pas de doute, nous avons eu le nez creux! Hogsty Reef d’abord. C’est sur cet atoll isolé en pleine mer que nous faisons notre première escale après notre « bannissement » de Cuba! On l’atteint dans la douleur au bout de trois jours de navigation entre pétole et vents de face mais le caractère extraordinaire du lieu nous récompense largement de nos efforts. Nous sommes mouillés au pied d’un îlot de 300 mètres de long, de sable et de corail. Autour de nous, le récif corallien et la haute mer. On se lèche les babines à l’idée des séances de pêche sous-marines qui nous attendent. Et de fait, c’est une pêche miraculeuse que nous effectuons. Avec nos fidèles copains d’Aimalaia, avec lesquels nous naviguons de concert depuis la République Dominicaine, nous fêtons cette arrivée aux Bahamas par un barbecue sur la plage avec le bois des épaves qui abondent sur tout le rivage. Au menu, Langouste mérou façon Hoogsty Reef. Inoubliable. Les enfants sont aux anges, une plage entière s’offre à eux, après plus de 12 jours sans mettre les pieds à terre!

Le surlendemain, le vent forcissant, et le mouillage devenant fortement inconfortable, nous renvoyons les voiles cap sur les Jumentos. Petit archipel situé au Sud Ouest des Bahamas, les Jumentos sont quasi désertiques. Seule une île est habiteé, Ragged Island au sud de l’archipel. Nous évitons soigneusement cette dernière pour rejoindre une île plus au nord, un tout petit îlot, Johnson Cay. L’endroit est magique : une crique abritée des vents dominants, une longue plage de sable blanc, et en arrière-plan un grand récif de corail…
Le temps s’est arrêté, les heures s’écoulent sans qu’on s’en aperçoive. Nous sommes seuls au monde, allant de mouillage en mouillage, passant notre temps dans l’eau, à plonger, pêcher et chasser, sans d’autres soucis que la gestion de nos « stocks » de nourriture et la prévision de nos prochaines escales. Ou que nous allons, les paysages sont exceptionnels de beauté : chapelet d’îles coralliennes aux eaux turquoises, multitude de criques abritant autant de plages immaculées de sable blanc… Ne manquent que les arbres fruitiers et quelques cocotiers sur les îles pour que le décor soit parfait.

Avec nos bons amis d’Aimalaia, sur leur grand cata aussi spacieux qu’un loft terrasse, nous vivons avec eux comme si nous étions en communauté, partageant repas, nouvelles, jouets de plage et jeux de carte. Les enfants (Xavier et Nathalie ont trois filles du même âge que les nôtres : Ainoa 9 ans, Maïalen 7 ans et Elaia 6 ans) ne se quittent plus, partageant jeux et secrets. Ça se chamaille bien de temps en temps mais le reste du temps, c’est la joie et l’insouciance du club des 6. On a régulièrement droit à des spectacles, des œuvre d’art en coquillage et en corail. Du côté des parents, nous enchaînons, une fois les enfants couchés, des parties de belote acharnées.

Les journées sont bien rodées. École le matin, déjeuner avec l’inévitable langouste mayonnaise en apéro (l’une de celle pêche la veille), temps calme ou café coinche pour les parents, puis activités nautiques (Kite quand il y a du vent, Tiwal pour les enfants, paddle) puis sessions « plongée chasse sous-marine » dans lesquelles Pierre-Louis n’en finit plus d’étinceler par ses prouesses (deux mérous au harpon hier)´ puis retour bateau, atelier cuisine. Et le soir, retrouvaille sur l’un des deux bateaux’ apéro, dîner (langouste ou poissons du jour), spectacle des enfants quand il y en a puis coinche pour les parents…il y a aussi des journées de pause ou chacun se retrouve dans son bateau. Des journées calmes, où l’on reprend le fil de son journal de bord, où les enfants retrouvent leurs jouets, la boîte à dessin, où l’on navigue d’île en iles, où l’on bricole parfois. La transat retour commence à trotter dans nos têtes alors il est temps de se pencher sur la petite liste de préparation.

Bref, vous le voyez, elle est dure, notre vie de confinés du bout du monde… ce qui est vraiment fabuleux, c’est cette sensation de liberté et d’autonomie que nous avons. Nous avons pas croisé âme qui vive depuis maintenant 15 jours, nous sommes seuls sur nos îles désertes, bercés dans une douceur de vivre et un douceur tout court (temps exceptionnel depuis que nous avons quitté la République Dominicaine). Nous sommes heureux, vivons au jour le jour, profitons de chaque instant comme s’il s’agissait du dernier. Oui les Bahamas (ou plutôt les rares îlots que nous en avons vus) nous laisseront à coup sûr un souvenir exceptionnel, notamment dans ce contexte international complètement surréaliste que le monde traverse et dont nous sommes involontairement si éloignés…Il y a pourtant des moments où la réalité nous rattrape et, signe de notre situation de clandestin, nous donne quelques sueurs froides : en observant par exemple les (très rares) avions dans le ciel comme de potentiels observateurs aériens venus nous débusquer ; Ou le moindre bateau qui semble gris au loin comme d’un patrouilleur des gardes cotes (il s’agissait en fait d’un bateau de pêche au blanc crasseux) Signe des temps, les pêcheurs en question pourtant équipés d’une embarcation rapide ne sont même pas venus nous voir.


Parmi les anecdotes de ces derniers jours
– catégorie sensations fortes : un requin gris de 2 mètres venu nous taquiner hier alors que nous terminions notre session quotidienne de pêche.
– Catégorie parole d’enfants: Juliette se rebellant contre les « commanderies » liste inacceptables de ses parents et Jean, posant ses questions existentielles: « est ce qu’on pourra faire du tiwal (ndlr: sorte de dériveur gonflable avec lequel les enfants s’amusent comme des fous) quand on sera mort?). Il faut dire que Jean se projette déjà dans son prochain tour du monde.
– Catégorie cuisine : une sauté mérou langoustes accompagné de sa sauce coco gingembre poivrons, un vrai délice.
– Catégorie lecture : la suite du best seller « Au revoir la haut » de Pierre Lemaitre : « couleurs de l’incendie » et « miroir de nos peines » et surtout le passionnant livre de Gregoire Kaufmann « Hôtel de Bretagne ».
– Catégorie météo : des orages retentissants ont balayé le pont de Lolita durant 2 matinées de suite, rinçant les bateaux et les équipiers qui ont pu profiter d’une bonne douche gratis



Quant à l’avenir, eh bien, nous n’y pensons pas trop. Nous nous donnons encore 5 jours (soit 10 repas) de cette vie de Robinson avant d’aller ravitailler dans l’un des ports qui voudra bien nous accueillir. Normalement les Bahamas ont fermé leurs frontières, mais nous savons qu’ils acceptent encore les voiliers « en transit » comme nous (même si notre transit a commencé depuis 10 jours déjà… chut!). Nous en avons fait la demande officielle et attendons la réponse…. Puis ce sera la première partie de notre grande transhumance retour, avec la transat Bahamas – Acores d’une durée de 2 à 3 semaines, avec un décollage prévu normalement début mai (voire plus tard si on peut encore profiter de l’abri d’une autre île déserte des Bahamas)…
Dans toutes ces considérations les plus sérieuses il y a parfois des évènements incontournables, comme hier la fête d’anniversaire de Juliette 6 ans. Pour l’occasion nous avions décrété un jour férié. Juliette pouvait choisir son menu mais nous l’avons fortement encouragée à opter pour le confit de Canard que nos amis se proposaient d’ouvrir pour l’occasion. Elle s’est régalée comme nous rassurez vous ! La dernière plaquette de beurre digne de ce nom s’est confondue avec l’avant-dernière plaquette de chocolat dessert pour donner le meilleur fondant au chocolat de la terre entière … dans l’après-midi nous sommes partis à la recherche du trésor de Rackham le Rouge. C’est étonnant le délai de conservation des bonbons Haribo à travers les siècles. Était ce le sac isotherme ? Et le soir, Juliette déguisée en vahiné comme la ribambelle de joyeux drilles s’est amusée comme un folle sur le dance floor. Et, avantage de la situation nous avons pu crier tout notre soûl sans tapage nocturne à déplorer !


Voilà pour les nouvelles. Vous l’avez compris, nous sommes en grande forme et nous pensons d’autant plus à vous tous, parents et amis, qui devez commencer à trouver le temps long enfermés dans vos pénates.
« Hauts les cœurs ! » comme on dit.
On vous embrasse (par mail on peut encore le faire!) et à bientôt
Les Lolitas

18 réflexions sur “Les Jumentos ou la vie sauvage

  1. ANNE-SOPHIE

    Merci pour ces nouvelles, réjouissantes autant que rassurantes. Même chassés de partout, vous semblez très, très loin d’être malheureux. Un très bon anniversaire et six grosses bises spéciales à Juliette ! Je vous embrasse tous très fort. Ne rentrez pas trop vite ! En ce moment, ça ne vaut pas le coup…

    J'aime

    1. salut ma chère Anne-Sophie, Merci pour ton bon message! Oui, c’est clair, on a une chance incroyable de vivre ce qu’on vit actuellement… On passe beaucoup de temps aussi a penser à nos proches, tu en fais partie.. J’espère que le moral est bon. L’avenir a l’air de s’éclaircir un peu si j’ai bien compris. on t’embrasse bien fort Hervé et moi.

      J'aime

  2. Violaine

    Toujours un régal de vous lire, et encore plus en ces temps confiné s. Merci pour le voyage et la bouffée d’air. En vous lisant on s’y croirait. Je vais me rendormir (petite insomnie, principalement due au manque de sport) la tête pleine de belles images et la furieuse envie que mes rêves m’emmène aux jumentos. Bon anniversaire à Juju. On vous embrasse. Vio et Pyl

    Aimé par 1 personne

    1. salut les amis, merci de votre message bien sympa, c’est bon d’avoir des nouvelles des copains. Juliette a eu droit à un anniversaire de princesse! Jeu de chasse au trésor sur une ile deserte, gateau au chocolat, boum le soir, si elle ne s’en souvient pas toute sa vie, je me demande ce qu’on pourra faire de plus. A faire avvec Leo et Colin, succès garanti! Bises à toute la famille

      J'aime

  3. cchampenoiswanadoofr

    Ouf , voulu ou subi ?
    Je voyais bien votre balise bouger entre les îlots, mais j’étais inquiet pour les vivres fraîches et le gasoil
    Par contre avec de tels chasseurs, que j’envie, j’étais sûr que vous pouviez manger

    Aimé par 1 personne

    1. salut Christophe! Voulu autant que subi, mais on a du avoir le nez creux car on a vraiment passé un séjour de rêve dans ces iles perdues. On vient de finir notre ravitaillement et on repart demain pour un nouvelle session « robinsonade »/ a bientot!

      J'aime

  4. Jacques Richard

    Chers Lolitas,

    C’est vraiment sympa de continuer à nous faire rêver comme cela ! Bravo pour la plume et le photos de rêve.

    Je devais partir en mai avec Alexandre et plusieurs de ses amis pour naviguer de Granville aux iles SCILLY. Le déconfinement tarde et nous reportons ce projet à plus tard. Et on ne sait toujours pas bien si on pourra rejoindre la Méditerranée début juin.

    Portez-vous bien,

    Jacques et Christiane

    >

    J'aime

    1. Bonjour la famille Richard! sympa de vous lire. je ne savais pas que vous nous suiviez! oui,; voyage exceptionnel, dans des conditions exceptionnelles. cela vous plairait de naviguer ici! j’imagine votre déception pour vos projets de croisière avortés, ce n’est que partie remise. j’espere de notre coté qu’on pourra naviguer cet été en Europe sans trop de probleme. nous devrions rejoindre les acores fin mai. a bientot et bien amicalement. Hervé

      J'aime

  5. Stéphane

    Le trésor de Rackam Le Rouge, une bouteille de rhum Clément ?
    Rien de tel pour tuer le conardovirus…
    Profitez, tant de bateaux sont confinés au ponton, les dessous sales qui ne peuvent être nettoyés.
    Biz
    Steph’

    J'aime

  6. CLAIRE BESSON

    Quel plaisir de voir vos photos et bonnes mines!
    Profitez bien, et même doublement pour nous tous, « les confinés »!!
    Vous devez quand même en avoir marre des langoustes, non 😉 ?
    Bisous!! Claire & Bibi

    Aimé par 1 personne

    1. Salut les copains! Que c’est bon de vous lire! Oui on a beaucoup de chance, on se le répéte tous les jours. Jusqu’à présent, on a l’impression de passer à travers les mailles du filet. Pourvu que cela dure. Certains de nos amis navigateurs rencontrés pendant le voyage ont eux décidé d’arrêter le voyage et de rentrer en cargo. Dur dur. De notre coté, tant qu’on pourra chasser les langoustes, on continue! le plaisir est autant de les manger que de les attraper! Demain, on remet les voiles pour aller confiner de nouveau une dizaine de jours dans des iles désertes, et ensuite, début du voyage retour cap sur les Açores. on vous embrasse.

      J'aime

  7. Benedicte BIOCHE

    Hi Everybody ! Merci à toute l’équipe de Lolita pour ce nouveau récit passionnant de vos journées de rêve et pour ces photos toutes plus magnifiques les unes que les autres. Certain confinement ressemble plutôt à des paradis…!! Votre bonheur familial se reflète bien sur toutes les photos! Continuez à bien profiter de cette expérience extraordinaire que vous vivez 😎👍❤️. The Bioche Family va bien. Delphine et Thomas «confinent » avec nous car ils n’ont bien sûr pas pu partir aux US comme prévu le 20 mars. Paul et Louis sont chacun dans les familles de leur petite copine… Take care. Kisses, Bénédicte

    Envoyé de mon iPhone

    >

    Aimé par 1 personne

    1. salut ma chère Béné! merci pour ces nouvelles familiales, c’est bien sympa… On a été un peu coupé du monde ces dernières semaines (sans connexion Interne) du coup on profite de notre escale ici à Georgestown pour se remettre à la page. On a du mal à imaginer ce que vous vivez actuellement. J’espere que le moral est bon! On vous embrasse bien fort. est ce que les cousins arrivent à faire encore du sport??

      J'aime

  8. Véro M

    Bonjour les amis !
    Ravie d’avoir de vos bonnes nouvelles après cette parenthèse et super heureuse de vous voir en pleine forme et toujours profitant de cette incroyable expérience !!! Pour nous, tout va bien !
    Bises à tous et à Juliette en particulier 😉
    Véro

    Aimé par 1 personne

  9. EMMANUELLE BERTHE

    Merci pour ce magnifique récit !
    Ravie de voir ces beaux paysages et ces sourires !!!!
    Avec du retard, bon anniversaire à Juliette avec en prime de gros bisous (drôlement sympa cet anniversaire sur une île…ave gâteau au chocolat et boum !!!!
    Profitez bien de votre paradis
    Et bonne navigation pour le retour, on croisse les doigts pour que tout se passe au mieux !!!
    Je pense bien à vous et je vous envoie plein de bisous
    Manue

    Aimé par 1 personne

  10. Yann Tasset

    Hello les Lolitas
    Merci pour ces lignes et photos remplies de joie , ça fait du bien en plein confinement . Bon anniversaire à Juliette .
    Gaffe aux requins quand même aux Bahamas ….
    On vous embrasse et vous souhaite bonne mer pour la transat .
    Yannou

    J'aime

  11. Gwénaëlle MARCHAND

    Coucou les Lolitas, Heureux d’avoir eu de vos nouvelles. Pour nous, le confinement se passe bien, nous pouvons faire des câlins entre deux dossiers et une dictée ! Par contre, pas de langoustes à l’apéro ! Des gros bisous

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s