Lisbonne, Cascaïs

Lolita vient d’arriver à Agadir au Maroc ! Avant de vous en dire plus sur la traversée, revenons sur notre escale portugaise :

Dimanche 1er septembre

Chaude matinée et réveil joyeux pour notre troupe à Cascaïs qui vient de goûter un bon repos, un peu court pour les parents. Un bon ménage du bateau s’impose, et nous occupe une bonne demi-journée, tandis que les enfants trépignent un peu. Après une baignade obligatoire nous décidons de partir à Lisbonne, par le train cela nous prendra 40min. Un peu ambitieux compte tenu de la fatigue générale, mais nous sommes heureux de découvrir Lisbonne, la place du Commerce, le quartier du barro Alto et le fameux « elevador San Jose », l’ascenseur belle-époque, en fer forgé, emblématique de Lisbonne, dans la douceur du soir. Les enfants sont surtout ébahis par les spectacles de rue, variés et de qualités inégales. Juliette se demande « pourquoi la dame chante comme ça c’est bizarre » (de l’Opéra…)   Un bon dîner plus tard nous voilà dans le train retour.

Lundi 2 septembre

Journée off pour faire la classe, après tout c’est la rentrée !!! Faire nos lessives et nous occuper du bateau font également parti des incontournables du voyage en voilier. L’année scolaire portugaise, comme en Espagne démarre une à 2 semaines après la France.  Le retour au mouillage permet aux enfants de profiter des joies des plongeons dans l’eau (douteuse) et bien encore fraîche de la baie. L’excursion envisagée à Sintra se transforme en balade dans Cascaïs, une jolie ville sortie des rues touristiques, et son parc ombragé pourvu de jeux et d’animaux en liberté. Paons, poules et coq s’ébattent joyeusement sur les pelouses. Jean nous avait rapporté triomphant la veille des œufs (et son t-shirt déchiré) mais, après les avoir cuits consciencieusement, et découvrant leur texture douteuse, je n’ai pas osé les servir dans la salade. Les œufs avaient sans doute un peu trop attendu notre Jeannot… ou le contraire, toujours est-il que le précieux trophée a fini à la poubelle. Déception vite ravalée par un nouveau plongeon !

Mardi 3 septembre

C’est parti, direction Lisbonne. Nous avons hésité à remonter le Tage avec Lolita, mais gardons finalement résidence à Cascaïs. La journée démarre (toujours un peu plus tard qu’espéré) par un arrêt à Belem, quartier emblématique de Lisbonne, certes, mais pourvu aussi d’une zone technique où nous pourrons trouver des charnières pour les coffres et refaire deux filières. A cet endroit se trouve aussi le Padrao dos Descobrimentos (Monument aux découvertes)  Un monument à la gloire des navigateurs des XV et XVIe siècles. Les portugais sont fiers de leur passé d’explorateurs au point qu’une immense statut de Vasco de Gama surplombe la rive gauche du Tage, à la façon du Corcovado de Rio au Brésil.

Pas de visite au programme, nous nous réservons pour l’après-midi. Pour le déjeuner, pause gastronomique dans un petit boui-boui local, où pour une somme très modique l’on nous sert des plats traditionnels : soupe de légume, bacalhau (morue) et sardines grillées. Tiens, on ne mange pas que des hamburgers au Portugal ! Pas facile de redécoller ensuite, mais la ligne de tramway à proximité doit nous faciliter la tâche. Hélas, il s’agit de la 28E, une ligne traditionnelle traversant les vieux quartiers de Lisbonne et… recommandée par les guides touristiques de la terre entière, autant dire archi-bondée. Nous nous lançons à l’assaut du quartier de l’Alfama, un quartier traditionnel aux petites ruelles, qui comporte des joyaux comme la Cathédrale de Sé un édifice qui a résisté aux tremblements de terre de 1755. Nous y faisons une petite halte. Et atteignons ensuite le château de Saint Georges, (et non pas de « Jean-Louis » comme nous a expliqué Jean) un château fort du 11e siècle qui surplombe le quartier. Lisbonne, c’est la ville aux 7 collines que l’on gravit gaillardement ou à l’aide d’ »elevadores ». Elle offre du coup de nombreux points de vue sur les quartiers aux toits de tuile orange, ou sur le fleuve Tage qui borde la ville. Pour les enfants, un château fort avec des canons leur donne l’occasion d’étaler leurs connaissances. Jean en CP l’an dernier, ou Juliette en GS avaient déjà étudié la question. Descente en Tramway jaune, chose promise, chose due ! Mais sur une autre ligne qui nous ne conduit pas du tout au point de départ. Heureusement la perspective de rentrer se baigner à Cascais donne des forces à notre petite équipe qui fait au passage des emplettes en cartes postales pour leur livre de bord. Pendant ce temps-là, Hervé fonce à Belem, récupérer les filières, se trompe de train, arrive juste à l’heure de fermeture, doit refoncer retirer de l’argent liquide, ouf, parvient à récupérer le matériel. Dans le train nous échangeons avec une dame qui nous explique souffrir un peu de l’affluence touristique, elle travaille à Lisbonne et effectue le trajet en train tous les jours de Cascais. Lisbonne ne désemplit pas de touristes du Printemps à l’été. C’est souvent le paradoxe des populations qui vivent grâce au tourisme. Jean et Juliette, merveilleux entremetteurs, parfois turbulents, délient facilement les langues des personnes que l’on croise, et les portugais sont heureux de montrer qu’ils parlent français, une langue largement enseignée… mais de nos jours, après l’anglais. En dehors des jolies façades nous avons aussi rencontré de la misère dans les rues, et des immeubles délabrés, dont on ne sait s’ils font l’objet de spéculations ou résultent d’une grandeur passée.

Mercredi 4 septembre

Aujourd’hui, jour de classe et de courses. Dans l’après-midi nous décidons d’étoffer le programme avec une excursion à Sintra, juste à côté de Cascaïs, une ville dont le centre historique comporte de beaux joyaux comme le Palao da Pena (Palais des Peines) et, dans notre série « château », un édifice du VIe siècle, le château des Maures, splendide forteresse nichée en haut d’un pic. A l’aller, le bus longe la cote et nous emmène au Cabo Da Roca, un cap situé juste avant Lisbonne, et le point le plus à l’Ouest de la péninsule Ibérique. Ce n’est donc pas le Cap Finisterre si vous aviez pu le penser ! Côté Nord du Cap un voilier arrive tout en douceur sous spi. Côté Sud, il ne sait pas encore qu’il va prendre « un bon coup de pied dans les fesses » (+15 nœuds !)  

Une bonne heure de marche sur la montagne fait le bonheur des grimpeurs de la famille en mal de relief. Retour à Cascaïs pour une mission « course » en famille, ça déborde un peu dans les sacs, comme d’habitude, on se demande comment tout cela va rentrer, dans le taxi d’abord puis dans l’annexe ensuite, dans le bateau enfin mais ça rentre. Le frigo est plein, paré pour le départ demain matin.

Jeudi 5 septembre

Départ oui, mais, avant cela, il faut changer les charnières du coffre extérieur, qui ont cédé (Lolita malgré son nom de jeune fille en fleur, est une vieille dame). Jeu d’enfant me direz-vous ! eh bien pas tant que cela. Les nouvelles charnières dénichées par Hervé ne sont bien sûr par conformes à celles d’origine, et demandent de « légers ajustements »… qui demandent des heures. Nos lecteurs bricoleurs occasionnels sauront se souvenir de leurs expériences que le diable se niche dans les détails. Nous quittons donc le Portugal vers 15h seulement directions le Maroc ! Cela permet aux enfants, non seulement « d’aller à l’école » le matin, mais également de profiter de récréations prolongées, je veux parler des baignades, sauts et plongeons dans une fréquence infernale, (je saute je remonte je saute etc…) avec niveaux (le tableau arrière le niveau 1, le passe-avant niveau 3 et suprême défi, le balcon avant constitue le niveau 5), le spectacle, autant visuel que sonore, est assuré !

Ca y est, nous voilà en mer. Dans notre sillage disparaît rapidement, dans la brume de chaleur, la côte nord du Tage, Cascais et Lisbonne au loin. C’était une belle escale, reposante, culturelle, studieuse et ludique, et c’est sûr, nous y reviendrons !

La suite au prochain numéro !

A bientôt

La team olaventure !

12 réflexions sur “Lisbonne, Cascaïs

  1. Colette BERNARD

    Merci, chère Caroline ! C’est comme si je voyageais avec vous et ça me plaît énormément ! Bonne r’oute pour le Marco ! Je vous embrasse et à bientôt 🚩xxx Colette

    >

    J'aime

  2. Rapha

    Magnifique récit ! Nous buvons ces lignes comme un breuvage fin et delicat ! Que de souvenirs a Lisbonne!! Hervé c’était lors de l’expo universelle de Séville(1992 😫😫) avec toi et tte la team Godinot!! Gros bisous à tous!! Ça y est vous avez quitté l’Europe!! Profitez bien du Maroc et du soleil!!! Rapha and co

    J'aime

  3. Je viens de découvrir la petite icone avec la vidéo #2. Numéro 2, cela veut dire qu’il y a aussi une #1 qui fera mon régal demain. Miam, miam !
    Cette petite vidéo tombait à pic. Je me disais: super ces photos, géniales ces petites pages de vie. Mais j’ai envie de voir en VRAI. Comment ils sont les petits Olagne sur leur bateau ? Comment ils courent dessus ? Ca ressemble à quoi, se baigner au milieu de l’Océan avec 4000 mètres de fond ?
    Et là, j’ai été servi : les petites pastilles de chaque enfant, c’est tout eux. La glisse du bateau au Grand Largue, oui c’est bien cela. Caroline en vieux loup de mer cachée derrière ses lunettes, oui c’est bien elle !
    Bref, merci pour ce montage plein d’embruns, sur une bande son qui parle à toute notre génération…
    « Il créchait en Antarctique, elle se la jouait mini, leur rencontre était fatale, ca s’est passé à Paname… »
    Bon vent !

    J'aime

  4. Aliénor dAnchald

    Vous êtes trop choux les cousins ! Surtout devant un beau paysage comme ça ! ❤ ❤ ❤ C’est trop trop trop trop trop trop trop trop trop beau !!!!!!!!! ❤ ❤ ❤ Aliénor 🐇

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s