A Coruna !

LOLn °8 du 23 août 2019 par Caro

La Corogne, c’est un lieu incontournable pour qui s’intéresse à la course en bateau, ou entend caboter le long des côtes de la Galice.

Une grande ville portuaire nichée au fond d’une baie accueillante, qui aura vu passer bien des bateaux éclopés et autant de rêves brisés de navigateurs acharnés. Certains la qualifient de « trou à rat » mais la ville a son charme, et les façades typiques aux multiples fenêtres blanches typiques de la Galice nous transportent déjà ailleurs.

La saison des courses océaniques n’étant pas lancée – la prochaine en date, c’est la Transat Jacques Vabre au départ du Havre le 26 octobre, l’activité nautique tourne autour de la plaisance active, et pour les bateaux étrangers, des grands voyages. Certains voguent vers le Nord, d’autre vers le Sud en vue de la Transat. En 2003 lors de ma 1ère mini, je m’étais arrêtée à la Corogne. Ferrure d’un safran arrachée. En quête d’un soudeur, je m’étais retrouvée avec une adresse griffonnée à la hâte par un inconnu, dans un taxi fonçant vers les faubourgs de la ville. Arrivée dans le garage d’un probable orfèvre, j’avais dû expliquer avec mes trois mots d’espagnols ce qu’il fallait faire subir à ce morceau d’inox.

Depuis notre arrivée nous avons vu défilé des voisins de pontons, en grande majorité des voiliers scandinaves : norvégiens, danois et suédois. Mais aussi des hollandais ou belges flamants. Des beaux voiliers, bien préparés, bien léchés, face auxquels on aurait bien tort de prendre du temps à se comparer. Certains modèles nous avaient fait les yeux doux lors de notre recherche, tandis que nous avions écarté les autres, faute de budget. Côté look voyage, Lolita n’a rien à envier à personne. Côté rangement, c’est une discipline de chaque jour, pour ne pas se laisser envahir, et se tenir prêt à repartir. En attendant, depuis notre arrivée mardi soir, c’est un peu comme à la maison et le côté pratique en moins. Il faut faire la, pardon, correction, de multiples lessives, et nos bateaux prennent vite des airs de « Tancarville* flottant » (ou étendoirs à linges). Là-dessus tous les bateaux se ressemblent, surtout les équipages familiaux.

Mercredi 21 août :  état des lieux de Lolita, le chariot de têtière n’a pas aimé notre prise de ris au travers, et il manque des billes dans les roulements. A peine arrivés, nous obtenons du port des précieuses adresses pour réparer les petites galères de nav’. Nous en profiterons pour refaire une pièce pour le pilote, oubliée dans notre joblist.  C’est le jour choisi par Pierre-Louis pour fêter ses 9 ans, et après avoir soufflé ses bougies et ouvert de précieux cadeaux, la suite se passe dans un restaurant de tapas. Les calamares et les croquetas ravissent les papilles des enfants. La « cagna » (pression en espagnol) bien fraîche, celle des parents. Les enfants ont vite trouvé un spot de pêches et de pêcheurs acharnés au coin de la jetée. Ils ont participé à une bataille d’eau sur le ponton. Jean m’a demandé comment on disait en norvégien « est ce que je peux jouer avec vous ? » mais à la première gourde déversée sur le blondinet d’en face, ils se sont compris.

Jeudi 22 août : Jour où l’on passe à « l’action ». Hervé s’est désigné pour courir les shipchandlers et autres usineurs. C’est dans la Marina de Sada située à 1h de bus qu’il va trouver les précieuses (vue leur prix aussi) billes des chariots de mât ; et pour la confection de la pièce de barre, un improbable entrepôt dans le port de commerce sentant bon la graisse mécanique et le dur labeur. Poussant une porte insignifiante il s’est retrouvé devant une rangée de tours ultra spécialisés pour confectionner des pièces de toutes sortes. Sourire généreux du demandeur. Affaire scellée en fin de journée.

Et pendant ce temps, Caro lançait au bateau l’heure de la pré-rentrée scolaire, puisque l’unanimité, moins une voix, il a été décidé de commencer le travail. Les enfants ont découvert les petites boites blanches contenant leur trousse et manuels scolaires. Comptage des crayons, 1ère alpha syllabe, lecture suivie, table d’addition, journal de bord sans ratures. On y est ! La prochaine fois, j’attendrais Hervé quand même ou je préparerai un peu mieux les phases de transition… L’après -midi, leçon de choses à l’aquarium de la Corogne. Bilan mitigé côté océanographique, d’autant que je pensais y trouver une bibliothèque sur la faune marine (j’ai oublié le livre ainsi que celui sur les étoiles, c’est ballot !!) mais la boutique ne vendait que du poulpe en peluche, ou sous cloche avec de la neige quand on la retourne. Du gros niveau. Clou de la journée, l’achat d’une canne à pêche à moulinet pour Pierre-Louis, cadeau de sa grand-mère, et un grand bonheur pour ce pêcheur acharné (du moins persévérant)

En fin de journée, Hervé s’en revenait tout guilleret. Après avoir remonté la pièce sur la barre qui tombait au millimètre près, nous avons pu commencer une partie de billes trop sympa, enfin plutôt longue et fastidieuse car il a fallu démonter tous les chariots de la grand’voile, pour les remonter un par un, sans perdre aucune des 200 billes farceuses. Interrompus pour prendre les amarres d’un nouveau bateau, un Dufour 44 français cette fois, j’ai salué par son prénom son skipper étonné. Bruno Croiseul, navigateur émérite, croisés sur le circuit mini ne s’attendait pas à me trouver là !
La glace à 2 boules promises pour fêter nos 11 ans de mariage a conclu cette belle journée à l’heure espagnole, c’est-à-dire tardive, olé.

Vendredi 23 août 2019 : théoriquement prêts à repartir pour la mer jolie. Mais il manque les courses de frais et une petite dépression, venu lécher les côtes, apporte des vents contraires.  Départ demain pour le Cap Finistère ! Ce qui nous laisse encore une petite journée pour profiter d’une escale à la fois technique et culturelle, qui nous aura permis de rentrer dans le voyage.  A Jean la conclusion de cette étape parfaitement résumée avec ses mots lors du dîner ce soir : « on est vraiment bien sur Lolita »  

7 réflexions sur “A Coruna !

  1. Gwenn

    Merci Caro et toute ta smala !
    Tu écris le meilleur roman d’aventures de la rentrée littéraire !
    C’est un super bouquin que vous nous offrez là, hâte au prochain chapitre !!!
    Bon vent, belle mer et gros Bisous à tous et toutes !

    J'aime

  2. Sarah Simonnet

    Bonjour à tous.
    Merci pour ces précieux partages.
    C’est merveilleux de suivre vos aventures.
    Et quelle belle plume ! Bravo Caroline.
    Belle continuation à tous.
    Sarah, et toute la famille

    Aimé par 1 personne

  3. Mathé Véro

    Bonjour à tous !
    C’est un vrai plaisir de lire vos aventures ! Quel suspense, quelles émotions, quel plaisir partagé !!!
    On pense bien fort à vous…
    Bises
    Véro et famille

    J'aime

Répondre à Gwenn Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s